Retour sur les 10 ans du Baromètre OBSAR : Observatoire des Achats Responsables (Think Tank).



Avec une progression des actions opérationnelles éloquentes, les achats responsables essaiment en dehors des achats, et sont désormais stratégiques ! Beaucoup d'actions positives à répliquer.


Les principaux critères d'engagement dans les achats responsables :

  • Le respect des valeurs sociales et sociétales

  • La réduction des risques environnementaux

  • La protection ou amélioration de l’image

  • Un levier de performance et d’innovation.

La mise en exergue de l’allongement de la durée de vie des produits illustre la nécessité de collaborer davantage avec les fournisseurs et parties prenantes internes (repenser ses process, recycler….). Les freins au développement des achats responsables continuent à baisser (notamment le manque d’indicateurs souvent invoqué).

Les délais de paiement, supérieurs à 60 j, augmentent de manière inquiétante. C’est un sujet central et difficile car mobilisant de nombreuses parties prenantes en interne et pas uniquement les directions Achats. Chaque jour 30 à 40 PME disparaissent car impayées par leurs clients. A noter que les raisons sont diverses : problèmes financiers, mais aussi mauvaise intégration dans le SI achats, ou process.

  • Intégration de critères RSE dans les cahiers des charges pour 91% des répondants.

  • L’évolution des compétences en achats responsables a bondi en moins de 10 ans. L’enjeu se déplace aujourd’hui vers les parties prenantes internes (prescripteurs, financiers…)

  • Le label RFAR et les normes achats responsables sont confirmés comme référentiels, avec une forte progression en 2018, tirée par l’ISO20400 et l’ouverture du label aux PME.

  • La vigilance et la responsabilité sociétale prennent de l’importance. Les délais de règlement font partie du top 5

  • Priorités annexes à la politique Achats responsables : la réduction des coûts des services et produits achetés / l’amélioration de la qualité / la réduction des autres risques (dont évolutions réglementaires / l’augmentation du taux de couverture ou de déploiement des contrats d’achats

  • Actions mises en place : évaluation au mieux disant / Relations fournisseurs RFAR ou devoir de vigilance / Ethique ou loi Sapin 2 / Calcul en coût du cycle de vie / Norme ISO20400

  • Professionnalisation des acheteurs dans la gestion des risques. 83% de ceux qui ont mis en place une politique achats responsables disposent d’une cartographie ou analyse des risques.

  • La prise en compte du coût global (Coûts d acquisition + logistique + non qualité + risques RSE +…) se développe : comptabiliser les externalités supportées par les tiers devient de plus en plus important.

  • La prise en compte systématique des coûts de fin de vie a doublé de 10% à 19% depuis le dernier baromètre, mais ce n’est pas suffisant. La Loi pour la transition énergétique et la réglementation autour des déchets vont imposer la pratique. Plus de 50% des organisations prennent en compte la capacité des fournisseurs à maîtriser leurs consommations et recycler leurs déchets. Les grandes structures sont plutôt moins vertueuses que les petites. Il est urgent de se focaliser sur le poste de coût du traitement des déchets, en prenant en compte la totalité du cycle, car il est certain qu’il va augmenter considérablement !

  • Le secteur public et les PME restent les principaux clients des TPE PME

  • La connaissance de la performance RSE des fournisseurs ne progresse pas. La progression sera portée par l’effet des lois sur le devoir de vigilance et Sapin 2

  • Tendance forte sur l’allongement de la durée de vie des produits : Réduire les consommations y compris énergétiques / allonger le temps d’utilisation ou la durée de vie des produits / acheter des produits éco-conçus / repenser process et impacts sur les matières premières et choix des produits / Recycler

  • Les donneurs d’ordre s’assurent de plus en plus de la conformité des fournisseurs aux obligations sociales : Top 3 : Fourniture des justificatifs obligatoires tout au long de la relation contractuelle / déclaration sur l’honneur / Signature d’une charte engageante avec démarche de progrès

  • On cherche à favoriser : emploi local / insertion des personnes éloignées de l’emploi / lutte contre le travail dissimulé / conditions de travail décentes / respect des droits de l’homme au travail. Intéressant : on ne retrouvait pas les notions de conditions de travail décentes et le respect des droits de l’homme dans le précédent baromètre

En conclusion :

Les principaux moteurs de la politique d’achats responsables selon les responsables achat interrogés :

  • Décliner les enjeux de l’entreprise et/ou de sa stratégie RSE

  • Améliorer l’image

  • Respecter les normes et réglementations

  • Contribuer au développement du territoire (l’entreprise dans son écosystème)

  • Préserver la planète

  • Analyser les risques fournisseurs

  • Réduire les coûts

  • Innover

© 2020 crée par EthicRSE